Pose de la première pierre de la nouvelle maison communale: quel gâchis!

Alternative-cdH réagit à la pose de la première pierre de la nouvelle maison communale - communiqué ci-dessous, repris par La Capitale (31 mai 2018)

 

 30 mai 2018

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Pose de la première pierre de la nouvelle maison communale d’Etterbeek:

consécration d’un triple échec

 

Depuis des années, le groupe cdH dénonce le caractère inopportun du projet de la construction d’une nouvelle maison communale sur le site de l’ancien hôpital d’Etterbeek, rebaptisé « Jardins de la Chasse ».  « Tel qu’il a été conçu, ce projet ne sert pas les intérêts des etterbeekois. En cela, la pose de la première pierre de cette nouvelle maison communale consacre un tripe échec : un échec politique, un échec économique et un échec démocratique », déplorent André du Bus et Damien Gerard, ancien et actuel chefs de groupe cdH au Conseil communal.

 

Echec politique : une giffle à la classe moyenne etterbeekoise

 

Le terrain sur lequel sera bâtie la nouvealle Maison Communale est un terrain public. Il aurait dû être affecté principalement au développement d’un nouveau quartier de logements « moyens » afin de stabiliser la classe moyenne sur le territoire etterbeekois et de répondre à ce besoin majeur que connaît la commune: rendre le logement accessible. L’option prise par le Collège (auquel participait Défi à l’époque) a été de construire principalement et massivement du logement de haut standing pour financer la nouvelle maison communale. Cette opération se solde par une perte sèche de terrain sur lequel il eût été possible de construire du logement accessible. Heureusement, suite à de multiples demandes du groupe cdH, le Collège a finalement décidé de consacrer une petite partie du projet des Jardins de la Chasse à du logement social et moyen, mais cela reste largement insuffisant.

 

Echec économique : quel avenir pour le site actuel et les quartiers environnants ?

 

Actuellement, rien n’a filtré sur l’avenir du site de la maison communale actuelle mis à part le fait que son exploitation sera nécessaire à l’équilibre financier du projet de construction de la nouvelle maison communale. L’affectation du site actuel sera donc déterminée par des objectifs de rentabilité. Et les quartiers environnants dans tout cela ? Et l’avenir des commerçants qui profitent actuellement du passage occasioné par la présence de la maison communale, et qui jouent un rôle important dans la qualité de vie des quartiers?  Toutes les interpellations à ce propos ont suscité des réponses vagues, incertaines, faisant comprendre que rien n’est (officiellement) décidé. Même si un nouveau quartier de logements devait être développé à l’endroit de la maison communale actuelle, les objectifs de rentabilité risquent à nouveau de laisser la classe moyenne etterbeekoise sur le carreau. En outre, la période de redéveloppement du site risque de plomber le commerce aux alentours. Au final, c’est toute la dynamique d’un quartier qui va se transformer, sans aucune vision claire à ce stade.

 

Echec démocratique : la pyramide de « pharaon » De Wolf

 

Depuis le début, le projet de construction d’une nouvelle maison communale à Etterbeek est piloté directement par Vincent De Wolf, bourgmestre depuis 26 ans. Très peu d’informations ont été communiquées au Conseil communal au cours des années, alors qu’il s’agit d’un projet à plus de 35 millions d’euros financés sur fonds propres par la commune. Or, les risques sont à la mesure de la taille du projet. Le Collège avait promis la mise sur pied d’un groupe de suivi qui ne s’est plus réuni depuis des années et aucune information récurrente et précise n’a été communiquée au Conseil communal sur l’avancement du projet. Au lieu de faire de ce projet un exemple de transparence et de gouvernance, il est géré en toute discrétion et suscite de ce fait de nombreuses interrogations.